Une pyxide du VI° siècle

Posted in Non classé on mars 11, 2003

On découvrit aussi dans ce caveau un os gravé de 84 millimètres de haut et de 45 de diamètre extérieur. Gravé au ciseau à partir de chacune de ses extrémités, il présente à l’intérieur de sa partie inférieure une rainure de 8 millimètres dans laquelle s’adaptait un fond. Vers l’extrémité supérieure, les parois s’amenuisent graduellement sur 25 millimètres, ce qui permettait d’y insérer un bouchon en tronc de cône inversé muni sans doute d’un bouton de préhension.

On obtint ainsi un étui cylindrique. Plutôt que d’une pyxide, on a ainsi une boîte à onguent ou à parfum. C’est du moins une hypothèse.
L’intérêt vient de son décor : la partie supérieure est ajourée de deux rangs, d’un motif en forme de clochettes festonnées. Le corps présente, entre deux bandeaux, un motif de 63 millimètres de largeur, très finement gravé. Les sujets sont en relief, à peine perceptible, les fonds ayant été enlevés et probablement ensuite colorés. La scène gravée représente une chasse au lion en forêt : le lion dressé fait face à un chasseur qui lui présente un épieu sous la gorge ; un autre chasseur, à l’arrière, enfonce son épieu dans l’échine du lion, tandis qu’un chien attaque le fauve au ventre, Chacun des personnages porte une tunique courte nouée à la ceinture. Une bande d’étoffe passe sur les épaules, et chez le second chasseur, flotte sous les bras.

Ce dernier porte un bouclier rond, une rondache décorée en croix, à la bordure perlée. Les pieds des chasseurs, nus aux extrémités, sont chaussés de sandales dont les courroies s’enroulent autour des chevilles.
Le motif de la chasse au lion à l’épieu se rencontre depuis le premier siècle jusque dans le haut-Moyen Age. Sa vogue est grande surtout au IV’ siècle, tant en Orient qu’en Occident ; là on le trouve sur des ivoires, ici sur des sarcophages.
Le bouclier rond et le tunique se rencontrent parfaitement semblables sur un sarcophage de Vienne. Mais toute une partie du motif est identique, chien compris, sur une pyxide d’ivoire de la cathédrale de Sens, pyxide d’origine byzantine, que l’on s’accorde à dater du VI’ siècle : le second chasseur manque. Sur la pyxide de Sens, l’arrière du décor est une chasse au tigre où l’un des chasseurs, renversé à terre, tient un bouclier rond, au dessin identique à celui que l’on trouve sur notre objet.
Quelques différences de détail se constatent cependant : à Sens, le dessin de la tête du chasseur est plus carré ; la crinière du lion, très fournie, est caractéristique du type byzantin. Le port de la tête, dans l’objet de Vergy, paraît appartenir à une époque antérieure ; le travail de la crinière du lion, plus diffuse, milite pour une interprétation occidentale d’un modèle venu d’Orient. On serait peut-être près de la réalité en assignant à cette pièce une origine gallo-romaine du V° ou du début du VI° siècle, inspirée d’un cahier de modèles orientaux.